Acadie

« Acadie » est un court roman du Britannique Dave Hutchinson, paru aux éditions Le Belial’ en 2019. Cocktail pétillant de 112 pages, ce space opera divertissant peut se lire très rapidement et nous transporter au-delà de la Voie lactée, le temps d’un clin d’œil…

Acadie Dave Hutchinson

Au plus profond de l’espace

Colonisation en cascade

Les humains se sont éparpillés à travers les étoiles, à la recherche constante de nouvelles planètes à conquérir, sous l’égide de l’Agence (Organisme chargé de la colonisation).

Mais la scientifique Isabel Potter et ses élèves recherchent une nouvelle Terre promise afin de poursuivre leurs recherches génétiques « borderline », à l’abri des regards de l’Agence et des lois terriennes.

C’est dans un endroit paumé d’une lointaine galaxie, un soi-disant système non colonisable, que se cachent alors les généticiens dissidents et quelques autres voyageurs. Cette nouvelle Acadie nichée bien loin des prunelles des « conquistadors » de l’Agence est nommée en réalité « la Colonie ».  Tout simplement.

Le Président fantoche de la Colonie

Désabusé, un peu « à l’ouest », le dénommé Duke, à la suite d’un pseudo enlèvement rocambolesque, a accepté de vivre dans ce lieu hors norme pour commencer une nouvelle vie, alors qu’il n’était déjà plus en odeur de sainteté auprès de l’Agence terrienne.

Anciennement avocat, il est choisi comme Président de la Colonie alors que cela ne l’intéresse pas du tout. En réalité, il n’a pas grand-chose à faire tant que le système d’alerte mis en place ne repère aucune menace. Mais cela ne dure pas éternellement…  😉

Lorsque l’alerte se déclenche

Car au bout de 500 ans (le temps est relatif en ce lieu !), une sonde en provenance de la Terre est repérée aux frontières du système des colons. C’est une catastrophe pour tous s’ils sont repérés par les membres de l’autorité colonisatrice, après leur avoir échappé pendant si longtemps !

En effet, Isabel Potter risque gros puisqu’elle a été décrétée hors la loi à cause de toutes les manipulations génétiques qu’elle a effectuées, même si cela lui a donné l’occasion de créer aussi des génies capables d’inventer des technologies innovantes et de prolonger la vie… En vérité, tous les colons courent le risque d’être anéantis !

C’est donc à notre cher Président Duke, jusque-là en congé sabbatique longue durée, qu’est confié la charge de répondre à cette menace, et le plus rapidement possible. Prenant son courage à deux mains, il lance alors un plan d’actions qu’il a conçu depuis longtemps … 

De l’humour et un ton léger

Ce récit conté par notre ami Duke, alias Dave, apporte un petit souffle guilleret au sein de la « science-fiction de l’espace ». 

L’auteur semble s’amuser autant que son personnage principal et nous surprend avec un dénouement inattendu.

Il n’oublie pas  cependant de nous rappeler, l’air de rien, les dérives d’une science qui peut apporter le meilleur et…. le pire.  😉

4 réflexions au sujet de “Acadie”

  1. J’aime bien cette collection « Une heure lumière » du Bélial qui nous fait découvrir des novellas d’auteur qui me sont souvent inconnus. Le thème d’Acadie me semble ambitieux pour une histoire d’une centaine de pages. Est-ce que ce n’est pas trop bâclé ? Ou trop rapide ?

    Répondre
    • Bonjour,
      C’est vrai que cette collection du Bélial est intéressante parce qu’elle permet de prendre connaissance de nouveaux auteurs rapidement. On ne peut pas dire que le roman « Acadie » est bâclé même si le texte est court. J’ai plutôt l’impression que l’auteur ne se prend pas au sérieux 🙂

      Répondre
      • Bon, ben voilà, le bouquin a été acheté et téléchargé.
        Dès que j’ai fini mon roman actuel (« Interdépendance » tome 2 « Les flammes de l’Empire » de Scalzi), je l’attaque.
        Bonne continuation.

        Répondre

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Instagram