Espace lointain

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, « Espace lointain » n’est pas un livre qui nous emmène aux confins de l’espace galactique.  😉  C’est un excellent roman dystopique de l’écrivain ukrainien Jaroslav Melnik, paru en 2018 chez l’éditeur LGF/Livre de Poche.

Espace lointain de Jaroslav Melnik

Un monde peuplé d’aveugles

Une vie particulière, étrangère à nos habitudes de « voyant »

Dans une mégalopole du futur, les humains avancent, confiants, sur le chemin de leur existence. Ils se rendent à leur lieu de travail et rentrent ensuite chaque jour pour rejoindre leur famille… Mais les hommes ne connaissent pas la couleur des yeux de leur conjointe, les femmes ignorent la teinte réelle de leur chevelure. Aucun d’entre eux n’a jamais vu la mer ni le soleil. Ils méconnaissent la cité dans laquelle ils évoluent, jour après jour, incapables d’appréhender autre chose que leur espace proche.

Car leurs yeux ne sont que d’inutiles excroissances qui ne s’ouvrent jamais. Le mot « voir » ne fait même partie de leur vocabulaire. Chacun de leurs pas est guidé par de multiples radars et capteurs électroacoustiques installés un peu partout dans leur lieu de vie. En réalité, la vision est un sens inconnu en ce monde.

La pudeur et l’importance de l’apparence n’existent pas

Être habillé-e à la mode ? Quelle importance ? L’apparence et la mode n’ont pas de sens ici. Le seul intérêt du port de vêtements ? Uniquement se protéger du froid puisque personne ne voit personne !

Lorsque quelqu’un se met à voir

Et si un sens inconnu s’éveillait

Mais un beau jour, les yeux de Gabr s’ouvrent sur l’univers qui l’entoure (au propre comme au figuré !). Horrifié par les images qui s’offrent à son regard tout neuf, il se croit victime d’hallucinations. Il pense même, dans un premier temps, être atteint d’une horrible maladie ainsi que l’affirme le Ministère du Contrôle.

Peu à peu, il apprend à contrôler son appréhension, à maîtriser sa terreur initiale pour percevoir enfin… la laideur de son monde (!), mais aussi la beauté d’une réalité inconnue présente juste à côté de lui.

La confrontation d’individus qui ne peuvent pas se comprendre

Chaque citoyen est persuadé de détenir la vérité. Comment faire comprendre à un aveugle que sa cité n’est qu’une gigantesque toile d’araignée métallique ? Pourquoi le croirait-il ?

Gabr considéré comme un dément et un malade qu’il faut guérir est pourchassé par les sbires de la mégalopole. Il comprend que sa nouvelle condition fait de lui un être à part et un solitaire…

D’autres groupes sociaux inattendus

Pourtant, Gabr n’a pas été le seul être humain à recouvrer la vue. Quelques citoyens très minoritaires ont eux aussi été capables de discerner « l’espace lointain », mais ils ont été « guéris » par le gouvernement… Redevenus aveugles, leur conception de l’univers a néanmoins été bouleversée à tout jamais. Ils ne pourront jamais oublier la splendeur du soleil couchant…

En colère et d’humeur vengeresse, ils poussent alors Gabr à « modifier » le triste ordre des choses… Mais si le système sociopolitique de la mégalopole était beaucoup plus complexe et la réalité infiniment plus cruelle que ne l’imagine Gabr et les quelques révoltés aveugles ?…

Un outil de réflexion

Avec ce roman original, aussi bien dans le fond que dans la forme, l’écrivain nous interroge, l’air de rien, sur des fondamentaux tels que l’acceptation de la différence et le mensonge d’État…

A vous de vous plonger dans ce livre pour le comprendre.

Vous ne le regretterez pas, vous verrez 😉

4 réflexions au sujet de “Espace lointain”

    • Bonjour,
      Merci pour votre commentaire (ainsi que pour les précédents) 😉
      En fait, j’ai préféré « Espace lointain » à « La brigade de l’oeil » car il est plus optimiste 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Instagram