La fin de l’éternité

« La fin de l’Éternité » (The End of Eternity) est un éblouissant roman du grand écrivain Isaac Asimov (1920-1992), un thriller temporel où l’amour et l’humour sont également présents. Publié la première fois en 1955, il a été réédité de nombreuses fois depuis, notamment au format poche aux éditions Gallimard/collection Folio SF.

La puissance des maîtres de l’Éternité

La fin de l'éternité - Isaac Asimov - FolioSF
"La fin de l'éternité" de Isaac Asimov © éditions Gallimard Collection Folio SF

Une caste hors du temps

Les hommes du futur ont découvert le moyen de voyager dans le temps, mais encore bien plus que cela : ils peuvent désormais vivre hors du temps et modifier les « réalités » à leur guise.

Se sentant aussi puissants que des dieux, ces Éternels (qui ne sont pas pour autant immortels) sont arrachés hors de leur époque et sont formés pour être mis au service de l’Éternité, et les novices pourront devenir Observateurs, Calculateurs, Bio-programmateurs, Sociologues ou Techniciens ou travailler dans les services d’entretien quand ils n’ont pas réussi à se spécialiser.

L’un d’entre eux, Andrew Harlan, devient un Technicien très doué pour manipuler les réalités et modifier la trame du temps afin que tout soit réalisé « au mieux dans le meilleur des mondes », au service de l’Humanité. C’est le travail pour lequel il a été formé : supprimer les actions ou inventions néfastes des sociétés humaines et réécrire l’Histoire.

Il sera même amené à travailler avec l’éminent Premier Calculateur Twissell, doyen du Comité Pan-Temporel, afin d’enseigner au jeune Cooper l’« Histoire Primitive », une époque qui le passionne et qui se situe avant le XXVIIème  siècle, c’est-à-dire avant les inventions technologiques des Éternels et la création de l’Éternité.

L’amour peut tout remettre en question

Mais Harlan est un homme psychorigide qui n’a jamais connu l’amour, et lorsqu’il rencontre la belle Noÿs, ses certitudes sont ébranlées, ses émotions prennent le pas sur l’être rationnel qu’il était depuis toujours.

C’est en travaillant un certain temps avec Finge, un Calculateur qu’il déteste, qu’il se voit confier une mission en compagnie de Noÿs la Temporelle, une mission qui le forcera malgré lui à se rapprocher de la jeune femme.

Mais les lois des Éternels sont très strictes et complexes en ce qui concerne les rapports amoureux :

« Pour éviter des interférences temporelles d’ordre affectif, un Éternel ne doit pas se marier. (…) les liaisons ne seront autorisées que si elles sont conformes aux exigences d’un diagramme spatio-temporel déterminé. » (Isaac Asimov)

Et Andrew pourrait être prêt à tout pour protéger son amour, quitte à remettre en cause ses missions et son intégrité morale…

Mon avis

Malgré quelques descriptions techniques parfois plus difficilement abordables pour les moins scientifiques, ce roman est particulièrement intéressant pour qui s’intéresse aux voyages dans le temps.

Il permet également de s’interroger sur la thématique du pouvoir qui fait parfois croire à certains qu’ils se situent au-dessus des lois ou des autres êtres humains :

« Par-dessus tout, il s’était habitué au sentiment de puissance que lui donnait le fait d’être un Technicien. Il tenait le sort de millions de gens entre ses mains, et si cela obligeait à vivre solitaire, on pouvait aussi en tirer quelque orgueil. » (Isaac Asimov)

En même temps, l’écrivain parle des réalités alternatives et explore les concepts d’Éternité et d’Infinité dans ce thriller temporel parfois réellement amusant.

Parce que ce qui est le plus jouissif est sans doute le caractère et l’attitude d’Andrew Harlan qui perd tous ses moyens lorsqu’il rencontre enfin l’amour. C’est très drôle de découvrir son attitude de fuite et de peur lorsqu’il croise Noÿs la première fois. 

Et il est quelque peu fascinant de découvrir l’orgueilleux Harlan qui, malgré son intelligence et son savoir, ne se rend même pas compte qu’il se fait manipuler !…

Sans oublier les clins d’œil d’Isaac Asimov à l’exploration spatiale (qui le passionnera toujours) et à l’usage des mathématiques en tant qu’outil pour prédire le futur de l’Humanité, des thèmes qu’il évoquera notamment dans sa fabuleuse saga « Fondation ».

Et si cela vous intéresse, voici un autre article que j’ai publié et qui évoque certaines nouvelles du célèbre écrivain : le robot qui rêvait et autres nouvelles d’Asimov.

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Pinterest
fb-share-icon
Instagram