La troisième griffe de Dieu – Andrea Cort 2

« La troisième griffe de Dieu » de Adam-Troy Castro est le deuxième tome de la trilogie « Andrea Cort » paru comme le précédent chez Albin Michel Imaginaire (juin 2021). A la fois thriller, roman policier et récit de science-fiction, il nous permet de retrouver l’étrange enquêtrice à la sombre apparence.

La troisieme griffe de Dieu - Adam-Troy Castro
La troisième griffe de Dieu - Adam-Troy Castro - © Albin Michel Imaginaire

Suite des aventures d’Andrea Cort

Avertissement

Pour tous ceux qui n’ont pas lu « Émissaires des morts » (Tome 1), je vous invite à consulter mon article à ce sujet (et bien sûr à lire le roman) avant de poursuivre cette lecture-ci, parce que je pense qu’il est nécessaire de connaître déjà l’environnement et les personnages du 1er tome même si l’écrivain effectue quelques rappels discrets.

Invitation sur une planète privatisée

Devenue procureure extraordinaire pour le Corps diplomatique de la Confédération homsap (qui rassemble les Homos Sapiens évidemment), Andrea Cort poursuit ses missions d’enquêtrice sur différentes planètes au sein de l’espace qui regroupe espèces humaines, espèces extra-terrestres et intelligences artificielles.

Toujours accompagnée de ses amis / amours / gardes du corps Oscin et Skye Porrinyard, la paire d’« inseps » rencontrée dans le roman précédent, Andrea est invitée sur Xana par le fondateur de la Manufacture de munitions Bettelhine à qui appartient cette planète privatisée.

Notre enquêtrice favorite ignore la raison de cette invitation mais les IAs-Source, les intrigantes intelligences artificielles pour lesquelles elle travaille secrètement (voir tome 1), lui ont fortement conseillé d’aller sur Xana pour rencontrer le PDG Hans Bettelhine…

Que de mystère dans cette mission tenue secrète !

Mystères et meurtres en série

A peine arrivée sur la planète Indolente où se situe le terminal orbital qui conduit à la planète Xana par l’intermédiaire d’un ascenseur spatial, Andrea échappe de justice à une tentative d’assassinat.

Les assassins ont utilisé « la troisième griffe de Dieu », une petite arme à l’origine sacrée, créée il y a plus de 16 000 ans par les K’cenhowtens, une ancienne civilisation au régime totalitaire aujourd’hui disparu.

Cette « griffe » qui est aussi une arme terrifiante liquéfiant les organes intérieurs du corps humain (!) est désormais interdite de fabrication et n’est plus censée se trouver que dans certains musées…

Pourquoi s’en prendre à Andrea avant même d’arriver sur la planète Xana et pourquoi utiliser cette arme archaïque (bien que puissante) dont les exemplaires restent très rares ?

Notre héroïne a bien sûr de nombreux ennemis (et sa tête est toujours mise à prix) suite au massacre auquel elle a participé, malgré elle, dans son enfance (Voir le tome 1), mais il semblerait qu’elle ne soit pas la seule personne visée !  Du mystère, encore du mystère….

Une dynastie de marchands d’armes

Les Bettelhine ont fait fortune grâce au commerce d’armes multiples et dangereuses qui ont causé désastres et génocides aux quatre coins de la galaxie… Très riches, ils ont créé un empire géré par une famille aux nombreux membres.

« Puis les portes extérieures frappées des rapaces des armoiries familiales des Bettelhine s’ouvrirent comme un diaphragme, révélant la somptueuse fibre brun-roux du bois local qui tapissait les tabliers, ainsi que l’or étincelant des moulures. » (Adam-Troy Castro)

C’est un empire marchand mais aussi une dynastie aux moeurs aristocratiques et féodales où, comme dans toute famille, rivalités et luttes de pouvoir ne manquent pas.

Vous découvrirez donc un univers à la fois archaïque et moderne qui surprendra plus d’une fois Andrea et la paire d’inseps.

Le passé ne meurt jamais

Notre passé nous rattrape toujours un jour ou l’autre mais nous avons parfois une vision subjective du déroulement des événements écoulés…

L’objectif premier de notre enquêtrice est bien sûr d’enquêter (sans blague ?) sur les meurtres successifs et de découvrir les objectifs des assassins qu’elle rencontre et qu’elle affronte, puisqu’elle ignore la finalité de sa mission principale.

Toujours forte, implacable et sûre d’elle, Andrea verra pourtant certaines de ses certitudes et de ses croyances chamboulées par de nouvelles révélations qui l’inciteront à poser un regard nouveau sur un passé qu’elle aurait préféré oublier.

Une nouvelle entre les deux derniers tomes

Quelle n’a pas été ma surprise de découvrir qu’une nouvelle avait été insérée après la fin du roman alors que je croyais avoir terminé ma lecture !

Intitulée « Un coup de poignard », cette courte nouvelle se situe entre le deuxième et le troisième (dernier) tome et fait vraiment référence à « La troisième griffe de dieu ».

Ici, le personnage principal du récit n’est pas Andrea (bien qu’elle soit présente), mais un prénommé Draiken, un espion (on ne sait pas trop) qui apparaîtrait plusieurs fois dans les écrits de Adam-Troy Castro.

Cet homme caméléon, a-priori sympathique, envisage de rencontrer Andrea Cort à La Nouvelle-Londres, parce qu’une de ses relations l’a mentionnée lors d’une de ses affaires.

Mais rien ne se déroule jamais comme prévu au départ lorsqu’on se permet d’essayer d’approcher l’impitoyable enquêtrice !   😉  

Mon avis

Évidemment, attrait de la nouveauté oblige, j’avais davantage aimé le tome 1 puisque j’y découvrais pour la première fois la très particulière (et très renfrognée) Andrea Cort, ainsi que l’univers foisonnant créé par Adam-Troy Castro.

J’ai néanmoins été ravie de retrouver Andrea, au tempérament un peu adouci (dommage 😉  ), une héroïne qui, dans ce deuxième tome, fait même de l’humour !  :

« Sans être complètement godiche, à côté des Porrinyard, je suis aussi réactive qu’une tortue sous amortisseurs neuraux. » (Paroles d’Andrea)

Malgré ma préférence pour « Émissaires des morts », je pourrais ajouter que l’idée d’un huis-clos à l’intérieur d’un ascenseur spatial où se déroulent des meurtres m’a beaucoup plu.  Ce mélange de thriller, roman de science-fiction et de récit policier est en effet particulièrement attractif.

J’ai toujours l’impression qu’Adam-Troy Castro essaye de rendre hommage à Agatha Christie, tant certaines scènes et certains comportements de ses personnages présents dans son œuvre font écho à certains écrits de l’illustre écrivaine…  Dans un contexte complètement différent bien entendu  😉

Désormais, j’attends avec impatience la parution (française) du dernier volume de la trilogie d’Andrea Cort   🙂   Et vous ?

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Instagram