Les Nuages de Magellan

Toute la mélancolie des anciennes légendes pirates est présente dans « Les Nuages de Magellan », ce doux roman d’Estelle Faye, un space-opera soft et poétique, un joli hymne à la liberté et à la tolérance. (Folio SF, 2020).

nuages de magellan - Estelle Faye - FolioSF
Les nuages de Magellan d’Estelle Faye © Folio SF

Au nom de la liberté

Comme un rêve d’évasion

Dans un futur lointain, les Terriens ont quitté leur petite planète d’origine, réussissant à s’élancer vers les étoiles et à s’établir sur de nombreuses planètes de la Voie lactée, en les terraformant.

Sur l’une d’elles, un petit planétoïde rouge perdu au milieu de nulle part, la jeune serveuse Dan chante quelquefois dans ce bar paumé où elle végète, en rêvant qu’un jour, elle pourra quitter son job minable et partir dans l’espace pour voyager jusqu’aux Nuages de Magellan.

Enfant, elle lisait les anciennes légendes de la Grande Piraterie, celles des pirates qui avaient osé s’opposer aux Grandes Compagnies qui désormais tiennent le monde entre leurs mains, l’histoire de ces femmes et de ces hommes rebelles qui pensaient que l’espace appartenait à tous…

Parmi les clients de son bar, elle fait la connaissance d’une étrange femme qui se fait appeler Mary Reed mais qui est en réalité (on l’apprend très vite), l’une des survivantes de ces anciens pirates de l’espace qui ont été en grande partie exterminés par les Compagnies toutes puissantes.

Comme un espoir de liberté

Il existe encore quelques signes de rébellion parmi les pilotes de l’espace, les « spatiaux » qui ne comprennent pas qu’on les empêche d’explorer la galaxie. Pour eux comme pour les anciens pirates, l’espace appartient à tous et ne doit pas être l’apanage de grandes entreprises puissantes et égoïstes.

Hélas, Damien Sabre, le meneur d’une révolte menée sur l’astroport d’Ankou, un des satellites de la planète Ys, se fait tuer lors d’un de ses discours et des milliers de personnes avec lui… Autant dire que tout espoir de liberté s’envole en fumée et que toute velléité de révolte semble éteinte dans l’œuf…

Quelqu’un aura-t-il désormais la force et le courage de s’opposer aux grandes Compagnies ? Dan réussira-t-elle à réaliser son rêve de jeunesse ?

Légendaires rebelles de l’espace

Les temps de la Grande Piraterie

Estelle Faye nous raconte, à travers les récits de l’ex-pirate Liliam, toute l’histoire passée de la Grande Piraterie de l’espace, une époque où la grande et belle Sol Saint-Clair aux yeux d’émeraude dirigeait de main de maître (et de cyborg) la révolte contre les Compagnies.

« Il y avait quelque chose dans ses yeux verts, ses yeux couleur de marécage, une tristesse et une colère tellement humaines… (…) Sol n’était pas comme elle, pas comme eux, elle était…toujours, à jamais autre… (…) Elle incarnait tout ce que Liliam était allée chercher dans l’univers, l’ailleurs, la liberté, le danger et même cette danse au bord de la folie… ». (Estelle Faye)

Elle nous narre aussi l’histoire de Carabe, cette planète devenue l’ultime refuge des pirates qui pensaient y créer une république rebelle pour y vivre en toute liberté, à l’image des anciens pirates de la Terre et de l’utopique Libertalia…

Carabe, une planète mythique dont les coordonnées restent inconnues à l’époque de Dan et qui continue à attiser la convoitise des Compagnies prêtes à tout pour les découvrir…

Un beau roman un brin mélancolique

Ne cherchez pas dans ce space-opera poétique l’évocation détaillée de grandes batailles spatiales ou de guerres interespèces, ni celle d’une conquête des étoiles idéalisée, mais découvrez un beau récit empreint de nostalgie inspiré par les légendes et l’histoire des anciens pirates de notre réalité historique.

L’écrivaine nous envoûte avec son court roman et sa belle plume, innove avec un récit d’aventure qui s’accompagne d’une histoire d’amour hors norme. C’est également un space-opera très différent de ceux que l’on a l’habitude de lire et qui aurait peut-être mérité plus de développement et une suite…

A travers le portrait de trois femmes attachantes, Estelle Faye réussit à nous communiquer toute la tristesse et la mélancolie de celles qui ont vu leurs rêves détruits ou non réalisés mais qui, néanmoins, continuent à croire en une vie meilleure et à un destin hors du commun.

Elle sublime l’histoire de ces femmes et de ces hommes qui n’ont pas hésité à agir au nom de leurs idéaux et de leurs convictions profondes, des rebelles qui osèrent donner leur vie au nom de la liberté.

L’auteure nous rappelle aussi, en filigrane, que nous, Humains, n’arrêteront jamais de rêver et d’explorer de nouvelles terres, de nouveaux mondes, jusqu’aux étoiles les plus éloignées, qui nous conduiront peut-être un jour jusqu’aux Nuages de Magellan, cet amas de galaxies nommé en l’honneur d’un des plus célèbres navigateurs et explorateurs du 16ème siècle.

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Instagram