Mars la rouge – Un roman impressionnant et réaliste

Dans son prodigieux roman  « Mars la rouge », Kim Stanley Robinson évoque toutes les étapes d’une conquête de Mars, du voyage vers la planète rouge jusqu’à sa colonisation et même au-delà (Éditions Pocket science-fiction 2003, Presses de la Cité 2018). On parle de « hard science » dans le domaine de la science-fiction.

Mars la rouge de Robinson

Conquête et exploration de Mars

En route vers notre future planète ?

Après avoir vécu ensemble toute une année dans l’Antarctique, lors d’une période « test », 50 hommes et 50 femmes de différentes nationalités (bien que les Russes et les Américains soient majoritaires), partent vers Mars en 2026 à bord de l’Arès, leur immense vaisseau spatial.

Leur voyage doit durer un an avant qu’ils ne puissent poser le pied sur cette planète tant rêvée. Ils ne doivent jamais revenir sur Terre car ils sont des pionniers destinés à écrire les pages d’une nouvelle histoire de l’humanité.

Colons enthousiastes et personnages très attachants

L’écrivain a étoffé avec talent la personnalité de plusieurs de ses « héros et héroïnes martien-ne-s ». Chaque partie du roman est consacrée davantage à l’un ou l’autre.

Nous côtoyons notamment John le leader américain charismatique et diplomate, le seul qui a déjà posé le pied sur Mars, Franck, l’officier responsable des Américains, polyglotte au cœur sombre, la belle ingénieure et leader russe Maya, chargée de l’équipe russe, partagée sentimentalement entre ces deux hommes.

Mais aussi Ann la géologue introvertie amoureuse de Mars, la mystérieuse biologiste japonaise Hiroko, le fougueux et révolutionnaire Arkady, Nadia l’ingénieure hyper douée, le psychiatre français (!) Michel qui a le mal du pays, etc. 😉

Toutes ces personnalités différentes et attachantes vont collaborer, s’aimer ou se détester au cours du temps et nous faire partager leur expérience inédite.

L’installation sur Mars et son exploration

Scientifiques et ingénieurs édifient avec passion leur première ville ainsi qu’une station sur Phobos, explorent la planète, et préparent la venue d’autres colons. Parce qu’après les cent premiers, d’autres nationalités auront la permission de coloniser Mars. 

Mais peu à peu, le profit généré par l’exploitation des ressources martiennes attise la convoitise de grandes entreprises terriennes.

Terraformation ou non ?

Deux camps s’affronteront : ceux qui, comme Ann, veulent conserver la planète Mars intacte, dans toute sa beauté sauvage, et d’autres, associés aux Nations Unies de la Terre qui prévoient de la terraformer pour la rendre plus adaptée à l’espèce humaine. Devinez qui va gagner ?

Imagination et innovation

Il ne faut pas oublier que ce sont les meilleurs ingénieurs et scientifiques de la Terre qui ont été envoyés sur Mars (du moins, une partie). C’est pourquoi ils font preuve de réelles capacités d’adaptation et d’innovation, en faisant appel à leur imagination et à leurs compétences.

Outre le concept de terraformation, ils innovent dans différents domaines, en fonction de leurs spécialités :

  • L’architecture et la construction : de nouveaux bâtiments sont créés avec des matériaux martiens et un nouvel esprit architectural, un ascenseur spatial est inventé !
  • La biologie et la génétique : idée de créer des algues génétiquement modifiées afin de modifier les conditions de vie martiennes ; procédé visant à ralentir le vieillissement !
  • L’aréologie ou l’étude de Mars (qui tire évidemment son nom du dieu martien Arès)

Des conflits inévitables

Le nombre des colons augmente, leurs objectifs divergent parfois.  Comme dans toute société humaine, malgré la meilleure volonté du monde, des tensions vont émerger, des conflits vont voir le jour, parfois violents.

Les intérêts de la Terre diffèrent parfois de ceux des premiers colons martiens. Individus et nations capitalistes et rêveurs communistes ou amoureux de Mars s’affronteront inévitablement. Parce qu’après l’exploration viendra l’exploitation…

Que faut-il en penser ?

Toute personne s’intéressant un tant soit peu à la conquête de Mars devrait lire ce roman très instructif. Il faut dire que tout semble plausible, d’autant plus que l’auteur a travaillé en collaboration avec la NASA.

C’est cet aspect que j’ai trouvé le plus fascinant, parce qu’on a vraiment l’impression que tout se passera ainsi. La description de Mars est même parfois très belle et on aimerait avoir fait partie du voyage.

En outre, l’écrivain n’oublie pas l’importance à accorder aux inéluctables tensions socio-politico-économiques.

Mais évidemment, je trouve navrant qu’un beau rêve puisse se transformer en cauchemar à cause de la stupidité et de la cupidité humaine…

A noter que « Mars la rouge » est le tome 1 de cette trilogie écrite par Kim Stanley Robinson. Vous pouvez lire les suites de cette œuvre impressionnante dans « Mars la verte » (Tome 2) et « Mars la bleue » (Tome 3). 

Mars la verte-Robinson

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Instagram
leo elementum justo efficitur. porta. ipsum dolor