La machine de Balmer

La machine de Balmer

Peut-être ne connaissez-vous pas La machine de Balmer de Claude Veillot*, paru aux éditions J’ai Lu ? Ce roman n’est en effet pas vraiment récent puisqu’il date de 1978 ! Mais cela n’altère en rien son charme… 

* Claude Veillot, journaliste et écrivain français (1925-2008), fut également scénariste de plusieurs romans policiers adaptés au cinéma.

A la recherche d’une mystérieuse machine

Enquête au sein d’un empire aux objectifs énigmatiques

En cette année 1978, un milliardaire excentrique nommé Silas Balmer possède de nombreuses sociétés florissantes éparpillées à travers différents pays. La tour qu’il a fait construire au cœur de la Défense se dresse telle un obélisque dominant la Ville Lumière. C’est ici que se terre Silas, reclus depuis de nombreuses années, alors que le mystère s’épaissit au sujet de certaines de ses activités et de sa vie nébuleuse.

C’est donc à Paris que Mathias Vanacker travaille pour l’AMDOC (l’Agence Mondiale de la Documentation), une discrète société mondiale d’espions. Cette dernière le charge de découvrir ce qui se trame au sein des entreprises Balmer et de mettre la main au plus vite sur l’obscur secret qui semble dissimulé dans les hauteurs vertigineuses de la tour Balmer.

Voyage au cœur du temps

Très vite, Mathias entend parler d’une machine cachée dans les bureaux du Siège des entreprises Balmer : un appareil qui permettrait de voyager dans le temps !

Il doit agir vite car d’autres groupuscules aux idéaux néo-nazis seraient ravis d’acquérir ce « chronoscaphe » qui pourrait modifier la trame temporelle à leur avantage….

L’écrivain nous fait alors voyager jusqu’aux rivages de lieux et de temps semblables à des mirages oubliés, égrenant les années avec un soupçon de nostalgie.

Ainsi, nous accompagnons son héros dans les Années folles, une époque qui fut peut-être la période la plus heureuse des humains du 20ème siècle : une ère où les arts s’épanouissaient, où l’on s’amusait sans compter, comme si tout était possible et que la gaieté et l’insouciance dureraient éternellement…

L’amour encore et toujours

Entre rêve et poésie

Déroulant son récit comme une enquête policière ou un roman d’espionnage, Claude Veillot nous ouvre progressivement les portes d’un univers irréel et empli de poésie.

Troublé par les musiques jazzy qu’il entend et par ses rencontres hors du commun avec d’illustres artistes des années 20, Mathias se perd peu à peu dans l’univers de Silas Balmer, ensorcelé par le charme d’un monde fantasmagorique.

Aimer jusqu’à la folie

Semblable au départ à un roman de science-fiction, la machine de Balmer se métamorphose en effet en un beau roman d’amour. C’est l’histoire poignante d’un amour impossible. Un amour qui n’est pas sans rappeler, par sa force romanesque, celui décrit dans La nuit des temps de Barjavel.

Car lorsque Mathias rencontre pour la première fois la belle Cassandra, il en tombe fou amoureux. Passionnément. Irrémédiablement. Oubliant sa mission première, il n’aura de cesse de revoir cette femme envoûtante. 

Mais le Temps le permettra-t-il ?

Doux rêveur, l’écrivain prend sa plume pour nous transporter au-delà d’un monde de brumes et d’illusions, jusqu’au bout d’une histoire romanesque qui se révèlera finalement bien plus complexe et surprenante que prévue !

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Follow by Email
Pinterest