Une porte sur l’été

« Une porte sur l’été » (The Door into Summer) est un court et sympathique roman de Robert Heinlein (1907-1988), un grand écrivain américain de science-fiction. Publié la première fois en 1956 dans The Magazine of Fantasy & Science Fiction, il a notamment été réédité en poche par les éditions J’ai Lu puis par LGF/Livre de Poche.

Un temps pour aimer et un temps pour se venger

Diverses illustrations Une porte sur l'été
Diverses illustrations Une porte sur l'été

Un inventeur un peu naïf

Trentenaire américain vivant en Californie, Daniel B. Davis est un ingénieur et un inventeur de génie qui fourmille d’idées pour améliorer le quotidien de ses concitoyens et concitoyennes : il commence par créer « le Robot Maison », un robot parfait pour accomplir les tâches ménagères barbantes, puis le perfectionne en envisageant la conception d’autres robots très utiles. 

Mais il n’a pas de chance : Belle, sa fiancée le trahit pour partir avec son meilleur ami Miles Gentry avec qui il avait fondé son entreprise, et tous deux lui volent ses idées et son usine de robots. Aveuglé par l’amour, Davis ne s’est pas méfié de ces deux traîtres !

Pour échapper à son malheur, il décide de partir dans l’avenir grâce au « Long Sommeil », un procédé d’hibernation (mais est-ce vraiment lui qui a eu l’idée de ce voyage ?), et le voilà endormi pendant trente ans.

Il se réveille donc en l’an 2000 dans un monde inconnu mais pas si différent. Une nouvelle vie commence alors pour lui mais il lui faut retrouver du travail. Or Davis n’est jamais à court d’idées et il est suffisamment intelligent pour apprendre à se débrouiller tout en essayant d’atteindre ses objectifs. Car ne dit-on pas que « la vengeance est un plat qui se mange froid » ?

En effet, même dans le futur, c’est-à dire 30 ans après 1970, Daniel Davis n’a rien oublié….

Un homme qui aime les chats

Après avoir été spolié de ses biens, Davis est resté avec son chat Petronius, avec qui il communique constamment et qui l’accompagne partout, jusqu’au bar où le pauvre ingénieur trahi va noyer son chagrin !

Petronius, aussi nommé affectueusement « Pete », n’aime pas l’hiver et il a pris l’habitude de faire le tour de toutes les portes de la maison, parce qu’il pense que l’une d’entre elles pourrait s’ouvrir sur l’été, c’est-dire le conduire vers le beau temps.  

« Il me fallait donc, chaque fois, faire le tour des onze portes en sa compagnie, les lui ouvrir l’une après l’autre, et lui faire constater que l’hiver sévissait également, tandis que ses critiques sur mon organisation défectueuse s’élevaient crescendo à chaque déception. » (Robert Heinlein)

Et notre pauvre Davis qui a pour seuls amis, Pete et la petite Ricky, la belle-fille de Miles, aimerait lui aussi trouver cette « porte de l’été », parce qu’il déteste le froid et le désespoir qui l’étouffe après la trahison de Belle et Miles.

L’ingénieur envisage donc d’embarquer Pete avec lui pour son voyage vers l’avenir mais tout ne se déroule pas exactement comme prévu…

Amis lecteurs, ne soyez pas désolés de ne plus entendre parler de ce chat pendant un certain temps parce qu’il revient dans les derniers chapitres ! (Évidemment, je ne vous dirai pas comment ni pourquoi car il est nécessaire de préserver un peu de suspense 😉  )

Mon avis

Une histoire courte, simple et amusante qui plaira notamment à tous les amoureux des félins et des situations rocambolesques mâtinées d’une dose de voyage dans le temps.  Ce n’est pas non plus le chef d’œuvre de Robert Heinlein mais ce roman est agréable à lire pour se changer les idées, en plein été (ou en toute saison !).

En savoir plus

Ce roman a été adapté par le japonais Takahiro Miki et ce film de science-fiction est sorti au Japon et en France en 2021 (Titre original : Natsu e no tobira: Kimi no iru mirai e). Je ne peux vous donner mon avis à son sujet car je ne l’ai pas encore vu…

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Pinterest
fb-share-icon
Instagram