Sweet Harmony

« Sweet Harmony » est une novella de l’écrivaine britannique Claire North qui paraît en français dans la captivante collection « Un heure-lumière » des éditions Le Bélial’ en janvier 2024. Satire d’une société futuriste mais aussi de notre propre société de consommation qui privilégie les apparences et le culte de la beauté, cet écrit amuse autant qu’il horrifie via le parcours de son héroïne faustienne.

Par-delà les apparences

Sweet Harmony de Claire North © éditions Le Bélial
"Sweet Harmony" de Claire North © éditions Le Bélial' - Illustration Aurélien Police

Miroir, miroir, quelle est la plus belle…

Tout commence lorsque la jeune Harmony s’aperçoit qu’elle a un gros bouton disgracieux sur le visage, un bubon qu’elle tente de percer.

Complètement affolée, elle n’ose même plus se rendre à son travail et ce n’est que quelques lignes et chapitres plus loin que nous comprenons pourquoi elle panique à ce point…

Tout réparer

Et si vous pouviez conserver votre jeunesse, l’élasticité de votre peau, développer vos muscles sans faire de sport, ne plus jamais grossir sans aucun régime, ne plus attraper de grippes, rhumes ou autres maladies handicapantes, en acceptant certaines modifications dans votre corps, que feriez-vous ?

Grâce à l’évolution scientifique de cette société future décrite dans « Sweet Harmony » et au développement fulgurant des nanotechnologies, tout est possible ! Mais pour cela, il faut payer… très cher !

Analyse et commentaires

Satire d’une société qui met en avant le culte de la beauté et de la perfection physique, diatribe d’une société de consommation où tout se vend et s’achète, discret pamphlet contre l’emprise de certains laboratoires médicaux prêts à tout pour s’enrichir et dont le pouvoir ne fait que s’amplifier…

Sous le couvert d’un texte léger et primesautier, l’écrivaine aborde différents thèmes susceptibles de vous faire réfléchir un moment.

Notez par exemple que même si les Ressources Humaines des entreprises ou les cabinets de recrutement vous diront le contraire, il n’échappera à personne que les gens plus beaux, plus présentables, plus minces ont plus de chance de trouver un emploi qu’une femme ou un homme pas assez jeune, pas assez belle ou beau et avec un peu trop d’embonpoint. Parce que la discrimination physique à l’emploi existe même si tous la nient …

D’autre part, nous sommes fans des nouvelles technologies, parfois adeptes des modes du moment ou consommateurs effrénés. Et vous savez que les publicitaires ne reculent devant rien pour vous appâter et vous vendre LE produit de vos rêves, que certains achats pourraient vous endetter pour longtemps mais que cela n’est plus leur problème, une fois le produit acheté…

Enfin, alors que la santé occupe une importance capitale dans la vie de chacun d’entre nous puisque personne ne peut travailler ou profiter des plaisirs de la vie en étant malade, réfléchissez à l’émergence d’une société qui accorderait les meilleurs soins aux plus riches aux dépens des classes sociales les plus pauvres qui n’auraient alors d’autre choix que le surendettement pour se soigner…

Avec cette novella qui oscille entre humour et tragédie, l’écrivaine nous livre un récit épatant qui pourrait sans aucun doute figurer au palmarès des meilleurs épisodes de la série Black Mirror (s’il était adapté).

Le désarroi de sa fragile héroïne est même accentué par un texte temporellement déstructuré, lorsque les flashbacks viennent interrompre la temporalité normale du récit.

Avec son style moderne et percutant, son franc-parler et son inventivité, après son étonnante et réjouissante trilogie « La Maison des Jeux », Claire North confirme encore l’étendue de son talent et sa place méritée au sein des meilleures nouvellistes contemporaines des littératures de l’Imaginaire.

Alors, seriez-vous prêts comme la douce Harmony à vendre votre âme au diable (quelle que soit sa forme), s’il vous promettait la beauté et la santé éternelles ?

Laisser un commentaire