Mother Code

« Mother Code » est un roman d’anticipation de Carole Stivers paru aux éditions Bragelonne en grand format en octobre 2020 et en poche en mars 2022. Il exploite notamment le thème de la manipulation génétique, celui de la survivance des êtres humains dans un contexte apocalyptique ainsi que le développement de la robotique et de l’IA qui pourrait être fondamental pour la survie du genre humain.

L’humanité prête à tout pour le pire et le meilleur

Mother Code - Carole Stivers - Bragelonne
"Mother Code" de Carole Stivers © éditions Bragelonne

Manipulations génétiques et épidémie

Certains chercheurs manipulent les gènes et s’attaquent cette fois à l’ADN, cet acide désoxyribonucléique contenant les instructions génétiques à la base de toute vie.

Comme on peut s’y attendre, jouer les apprentis sorciers n’est pas sans risque, surtout lorsque l’armée décide de créer des armes biologiques grâce aux travaux de ces scientifiques.

En 2049, une arme biologique (appelée NAN-CI) à base de nanostructures d’ADN modifiée est déployée dans le sud de l’Afghanistan mais commence à muter et à se répandre au-delà de ces territoires. Résultat : une épidémie incontrôlable.

Oui, évidemment, cela n’est pas sans nous évoquer une autre épidémie récente mais celle-là est bien plus dangereuse puisqu’elle est à même de détruire complètement l’espèce humaine !

Solution A : créer un antidote. Mais le temps presse alors que l’épidémie se propage sur toute la surface de la Terre et que les nations commencent à s’interroger sur cette nouvelle épidémie…

Des robots nourrices pour sauver l’humanité

Solution B pour résoudre LE problème : placer des embryons génétiquement modifiés dans des cocons incubateurs créés dans des robots qui seront chargés de veiller sur l’évolution de ces enfants afin qu’ils deviennent les garants de la survie du genre humain…

L’instinct maternel plus fort que tout ?

L’originalité du roman provient de l’idée d’une intelligence programmée dans ces machines qui rend unique chacune d’entre elles : le « Mother Code » ou Code Mère.

Chacune de ces personnalités individuelles (basée sur la personnalité d’une mère véritablement humaine) aiderait la machine à mieux assimiler le concept d’instinct maternel et de responsabilité éducative. Ainsi, les enfants seront éduqués et protégés.

Deux chronologies qui se rejoignent

L’écrivaine alterne des chapitres avec des chronologies différentes et il est nécessaire de bien faire attention aux dates mentionnées en tête des chapitres pour ne pas s’emmêler les pinceaux même si on finit par comprendre le cours réel des évènements.

A partir de 2049

La NAN-CI est créée, l’épidémie se répand et les meilleurs scientifiques ébauchent les contours d’un plan destiné à la survie des humains (voir ci-dessus).

Quelques années plus tard

Dans la deuxième chronologie (qui se place en réalité au début du roman), nous apprenons le départ des capsules robotisées chargées de leur précieux fardeau (eh oui, les « nourrices robots » savent aussi voler !).

« L’éclat du soleil se reflétait sur leurs flancs métalliques, envoyant leurs ombres mêlées danser sur les crêtes et les replis du désert. » (Carole Stivers)

Puis nous rencontrons Kai, un enfant seul avec sa mère robot, Rho-Z, qu’il appelle « Rosie ». Rho-Z l’élève grâce aux connaissances enfouies dans sa mémoire programmée et lui apprend à survivre.

Peu à peu, les enfants comme Kai atteignent l’âge adulte mais ils ont été séparés lorsque les « Mères » ont rejoint des destinations différentes. Survivre est bien sûr l’un de leurs objectifs mais découvrir et rejoindre les autres enfants en est un autre…

Confrontation

Les deux chronologies se rejoignent au moment où les derniers scientifiques survivants et les nouveaux enfants se croisent et se rencontrent (du moins, certains d’entre eux). Je n’en dirai pas plus pour vous laisser prendre connaissance de leur destin …

Mon avis

J’ai apprécié la première partie du roman mais je suis restée un peu dubitative concernant sa suite et son dénouement. Ce livre est facile à lire en dépit des termes scientifiques employés (l’écrivaine est biochimiste), mais, bien que n’étant pas une scientifique, il ne m’a pas paru complètement crédible.
 

Des robots créés pour s’occuper d’enfants et assurer la survie de l’humanité ? Pourquoi pas ?

Mais ici, la main de l’homme est toujours présente (programmation et reprogrammation humaine). Bref, j’ai eu l’impression qu’on ne pouvait pas vraiment parler d’intelligence artificielle même avec le « Mother Code » inséré dans ces machines qui restent, selon moi, des … machines. Peut-être est-ce dû au fait que l’écrivaine n’ait pas réussi à me convaincre totalement…

En vérité, l’idée évoquée dans ce roman m’a rappelé la série TV « Raised by Wolwes » où des androïdes élèvent les enfants des hommes à la suite de guerres destructrices mais il s’agit, dans ce cas, de véritables intelligences artificielles qui rendent le scénario beaucoup plus plausible.

Néanmoins, cette lecture reste intéressante grâce à sa mise en exergue des périls mais aussi des espoirs liés à la manipulation génétique et à l’emploi des intelligences artificielles.

De plus, ce thriller SF pourrait plaire à celles et ceux qui se passionnent pour les scénarios apocalyptiques ou qui souhaiteraient découvrir ce « Mother Code » avant que le film (qui devrait être produit par Steven Spielberg) ne sorte sur les grands écrans (un jour peut-être,  les dates de sa production et de sa diffusion n’étant pas encore connues).

En définitive, « Mother Code » explore (de manière succincte toutefois) l’avenir qui pourrait être le nôtre si nous n’y prenons garde et la proximité plus ou moins envisageable entre les humains et leurs créations artificielles.

Mais… une machine si perfectionnée soit-elle, ou même une intelligence artificielle, pourra-t-elle jamais comprendre le lien si particulier et si profond qui unit un enfant à sa mère ?…

Si ce roman vous intrigue, il vous est possible de l’acquérir chez L’ANTRE TEMPS en bénéficiant d’une réduction de 5% avec le code « ANNASF5 ».

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Pinterest
fb-share-icon
Instagram