Time Salvager – Un thriller spatio-temporel

« Time Salvager » est un thriller spatio-temporel de Wesley Chu qui nous emporte à plein gaz dans les vents du temps en compagnie d’un voyageur temporel qui se retrouve en infraction par rapport aux lois temporelles et en proie à la cupidité des corporations qui essayent d’acquérir le contrôle du Temps. Roman paru chez Fleuve Éditions, dans la collection Outre Fleuve en septembre 2021. 

Time Salvager - Wesley CHU - Fleuve éditions
"Time Salvager" de Wesley Chu © Fleuve éditions Collection Outre Fleuve - Illustration Richard Anderson

Lutte contre le temps et les grandes corporations

Un voyageur temporel blasé et déprimé

Travaillant pour le Chronocentre au XXVIème siècle, James Griffin-Mars a pour mission de parcourir le passé terrestre afin de pouvoir s’emparer de ressources énergétiques (ou autres) qui permettront à la Terre de son époque de survivre.

Mais comme pour tout « Chronman » (nom des voyageurs temporels missionnés), chacune de ses missions le laisse un plus cassé physiquement et psychologiquement. Et vivre au siècle qui est le sien n’a pas de quoi lui remonter le moral…

Dystopie et post-apocalypse

Eh oui, la Terre de 2511 est loin d’être aussi accueillante que celle d’aujourd’hui ! Conformément aux pires prévisions concernant le réchauffement climatique, les catastrophes climatiques et les guerres à venir, l’auteur nous dresse un tableau du futur bien déprimant.

Dans cet avenir, notre planète est meurtrie, dévastée, toxique, devenue tellement inhabitable que les voyageurs spatiaux qui se sont répandus à travers le système solaire évitent même de s’y rendre !

« Ni gouvernement ni entreprise privée ne revendiquait plus le contrôle de la Terre. Quel intérêt ? Il n’y restait que peu de ressources à exploiter et certaines zones de l’atmosphère étaient si empoisonnées qu’elle n’avait rien à envier à Uranus. » (Wesley Chu)

L’amour salvateur et la transgression suprême

James est un jour envoyé sur la plateforme Nutris en 2097, avant sa destruction, dans une époque encore pleine d’espoir quant à l’avenir de l’humanité. Mais James sait que cette catastrophe sera suivie de la période du Grand Déclin qui ravagera la Terre à jamais…

Vivant dans cette seconde moitié du XXIème siècle, Élise Kim est une jeune biologiste optimiste et douée qui illumine le roman et le cœur du voyageur temporel envoyé à son époque.

Sa personnalité solaire et magnétique fascine James malgré lui parce qu’il n’a pas vu depuis longtemps une personne aussi joyeuse et optimiste : « Ce qu’il préférait chez elle, toutefois, c’était ses yeux. La manière dont ils pétillaient captait irrésistiblement son attention. » (Wesley Chu)

Presque par instinct, James ne peut alors s’empêcher de sauver la vie d’Élise, la ramenant à son époque, transgressant ainsi la loi temporelle suprême !

« Oh, bravo ! », comme dirait le héros de « Code Quantum »…  

A partir de ce moment- là, tout peut arriver : le pire, mais peut-être aussi le meilleur… Est-ce qu’il pourrait détruire le monde ou permettre de le reconstruire ?

Les éternelles lois temporelles

Ne pas changer le passé, évidemment, ne pas réécrire les évènements qui pourraient altérer la trame du Temps et ne jamais ramener quelqu’un de ce passé : telles sont les plus fondamentales des lois temporelles.

Afin de réguler celles-ci et de poursuivre les Chronmen renégats, la caste des Contrôleurs a été créée par le Chronocentre et ses agents sont beaucoup moins tolérants et aimables que les célèbres patrouilleurs de « La Patrouille du temps » de Poul Anderson !

Comme vous pourrez vous en apercevoir lors de votre lecture, on pourrait même dire que certains d’entre eux sont de véritables psychopathes.

James devient désormais une cible en fuite, de même qu’Élise qui devra s’accoutumer à vivre dans une époque qui n’est pas la sienne…

Le poids des corporations du futur

Le pouvoir s’organise désormais autour d’un nouvel enjeu : celui du contrôle du Temps. Pour paraphraser un certain Frank Herbert ), on pourrait même dire que « qui contrôle le Temps contrôle l’Univers »…

Les écrivains de science-fiction ont souvent évoqué la puissance des grandes entreprises ou corporations qui pourraient devenir les maîtres de notre société future… Il en de même pour Wesley Chu.

Vous découvrirez que parmi les entreprises les plus puissantes, Valta Corporation, l’un des plus importants conglomérats miniers du système solaire, possède de nombreuses colonies du système solaire.

D’une ambition incommensurable, elle cherche aussi à s’immiscer de plus en plus dans les missions du Chronocentre. Aïe, aïe, aïe…

Mon avis

Avec ce thriller spatio-temporel, Wesley Chu nous propose un récit haletant qui nous donne souvent l’impression de visionner un film d’action. Du reste, il serait en passe d’être adapté par le réalisateur, producteur et acteur Michael Bay qui a acheté les droits audiovisuels du roman.

Personnellement, j’aimerais bien voir cette adaptation dès qu’elle sortira, même s’il existe toujours un risque d’être déçu…

« Time Salvager » nous précipite d’un univers dystopique vers un passé utopiste qui reste l’un de notre avenir potentiel. Compliqué ? Non, pas vraiment… 

Ce roman vous apprendra néanmoins que voyager dans le temps n’est pas forcément génial, contrairement à l’habituelle vision optimiste des écrivains de science-fiction, et que pourtant, même dans l’avenir le plus sombre, il reste toujours une petite lueur d’espoir.  L’auteur nous transmet également un message écologique…

En même temps, si mon avis semble un peu dithyrambique concernant « Time Salvager », c’est parce que je suis une grande fan des histoires de voyage dans le temps. Si vous connaissez des romans récents qui évoquent ce thème (non déjà cités dans ce blog), je suis preneuse.  

P.S. Photomontage que j’ai réalisé sous Photoshop en utilisant partiellement des images libres pour usage commercial sans attribution requise issues de Pixabay. Merci à Enrique Meseguer et Andrea Wierer.

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Instagram