Chiens de guerre

« Chiens de guerre » est un roman sidérant de Adrian Tchaikovski paru chez l’éditeur Denoël / Collection Lunes d’encre en octobre 2019 puis chez Gallimard en poche dans sa collection Folio SF en juin 2021.

Des armes nouvelles créées via la génétique et l’informatique

Chiens de guerre-Tchaikovski -Denoel
Chiens de guerre - Tchaikovski-FolioSF

Manipulation génétique et intelligence artificielle

Rex est un chien mais un chien pas comme les autres. 

Déjà, il a été créé génétiquement et modifié pour en faire une arme. Une arme très dangereuse utilisée pour intervenir dans des combats trop risqués pour les humains.

Ses créateurs le désignent comme étant un « biomorphe », un hybride de robot High Tech et d’Intelligence Artificielle, à forme mi-canidée, mi-humaine, programmé pour obéir aux ordres de son Maître, un humain seul habilité à lui confier ses missions.

Mais il n’est pas le seul biomorphe créé pour faire la guerre…

De nouveaux êtres dans une société différente

Aux côtés de Rex, Miel, une grande créature bionique qui ressemble à un ours, Dragon (une sorte de mélange génético-technologique de crocodile, lézard et serpent) et Abeilles (une intelligence distribuée en plusieurs unités semblables à un essaim d’abeilles), participent aux combats. Chacun d’entre eux possède des facultés qui leur sont propres et une personnalité particulière.

Et c’est là que tout commence à dérailler… Parce que Miel est bien plus intelligente que la moyenne et commence à réfléchir, incitant Rex et ses comparses à des actions pour lesquelles ils n’étaient pas programmés.

« Elle (Miel) dit qu’elle doit savoir ce qui se passe dans le monde. Ça m’oblige à lui poser une autre question : Qu’est-ce que c’est au juste, le monde ? » (Réflexions de Rex – Adrian Tchaikovsky)

Que se passe-t-il quand l’esclave échappe à son maître et que la créature comprend qu’elle a été manipulée, qu’on lui a menti et que la réalité est bien différente de ce qui lui a été inculqué dans sa mémoire artificielle ?

Qu’arrive-t-il lorsque cet être hors norme développe une éthique et désire retrouver sa liberté ?

Et… si cette idée d’améliorer les capacités intellectuelles et physiques pouvaient être appliquées également à l’être humain ?…

En conclusion

J’avoue que les premières lignes du roman m’ont interpellée, voir choquée, mais il ne faut pas s’arrêter à l’apparente cruauté présente dans le premier chapitre (dont les humains sont les seuls responsables !), car Adrian Tchaikovsky nous livre un roman réellement passionnant où les personnages évoluent jusqu’à en devenir attachants.

De plus, l’écrivain propose des pistes de réflexion sur les conséquences des recherches biotechnologiques et informatiques, en se réappropriant le mythe de Frankenstein, la créature qui échappe à son créateur.

L’écrivain n’a pas son pareil pour créer des personnages étonnants et novateurs issus d’animaux évolués. Déjà, dans son précédent roman « Dans la toile du temps », des araignées d’un lointain futur prenaient le pouvoir…

Son nouveau roman « Dans les profondeurs du temps », publié à nouveau chez Denoël en juin 2021, promet d’être aussi passionnant et je me réjouis de découvrir à nouveau prochainement le talent de ce grand écrivain.   🙂

Et vous, avez-vous déjà lu l’un des livres d’Adrian Tchaikovsky ? N’hésitez pas, vous ne serez pas déçus.  😉

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Instagram