Dans la toile et les profondeurs du temps

Adrian Tchaikovsky est un talentueux écrivain britannique de SF qui s’est fait connaître en France avec son spectaculaire roman « Dans la toile du temps » (paru chez Denoël, collection « Lunes D’encre » en 2018 puis en poche chez Folio SF en 2019), qui évoque l’apparition provoquée d’aranéides intelligentes sur une planète lointaine et leur confrontation avec les humains.

« Dans les profondeurs du temps » est la suite de ce roman (paru toujours chez Denoël en 2021), mettant en avant le développement de l’intelligence chez une autre espèce animale : les poulpes ! Humains et espèces différentes vont devoir à nouveau apprendre à communiquer pour éviter le pire.

Des romans de science-fiction hors norme

Dans la toile du temps

Dans la toile du temps-Adrian Tchaikovsky-Denoël
Dans la toile du temps-Adrian Tchaikovsky- ©Denoël

Dans un futur lointain, la Terre va mal et ses habitants se déchirent jusqu’aux limites de l’intolérable.  Mais le Docteur Avrana Kern a imaginé de grands rêves de conquête et la terraformation d’autres planètes, afin de mettre en application ses découvertes scientifiques innovantes dans le domaine de la génétique. Cette scientifique misanthrope a en effet pour objectif de réussir à peupler une planète terraformée avec des singes à qui elle inoculerait un nano-virus capable d’accélérer leur évolution et leur intelligence, afin qu’ils puissent rebâtir une civilisation.

Mais sur Terre, ces manipulations génétiques sont vues d’un très mauvais œil et Kern doit vite partir. Alors qu’elle réussit à commencer son expérience sur une nouvelle planète, elle se rend compte au bout d’un certain temps, avec une grande déception, que les primates n’évoluent pas du tout comme elle l’avait souhaité.

Pourtant, une autre espèce animale contaminée par le nano-virus créé par Avrana s’est adaptée à cette nouvelle planète et va évoluer à la place des singes : les araignées !

Bientôt, une nouvelle société est créée par ces chasseuses solitaires que sont les araignées. Elles apprennent à s’organiser et à collaborer pour développer leur nouvelle civilisation arachnide.

Alors que les humains survivants commencent à s’éparpiller dans l’espace à la recherche de nouvelles planètes habitables, il est inévitable qu’ils soient confrontés, un jour ou l’autre, à cette nouvelle espèce…

Mais même si les araignées vous répugnent, quelques-unes de ces arachnides évoluées finiront pourtant par vous être sympathiques  😉 

En effet, l’écrivain réussit avec brio à nous faire ressentir les attentes et les émotions de cette nouvelle espèce intelligente, sans pour autant la juger, en alternant dans son roman, des chapitres où chaque espèce est mise en avant. Il parvient même à créer un monde nouveau basé sur un mode de pensée différent de celui des êtres humains, sans (trop) tomber dans l’anthropomorphisme.

Dans les profondeurs du temps

Dans les profondeurs du temps-Adrian Tchaikovsky-Denoël
Dans les profondeurs du temps-Adrian Tchaikovsky-©Denoël

« Dans les profondeurs du temps » est la suite de « Dans la toile du temps » mais ce roman peut être lu sans avoir pris connaissance du premier parce que l’écrivain y effectue des rappels contextuels. Même s’il est préférable, selon moi, de commencer par le premier ouvrage.

Le contexte

Les années passent, de nombreuses années, et les Terriens survivants continuent à rechercher à travers l’espace, de nouvelles planètes habitables ou à terraformer. 

Au sein d’un immense vaisseau (« l’Égéen »), le commandant Baltiel et ses treize membres d’équipage ont découvert un nouveau système avec des planètes susceptibles de les accueillir après terraformation : la première d’entre elles qu’ils nomment « Nod » semble être une planète idéale pour établir leur colonie mais ils constatent que certaines formes de vie primaires s’y sont déjà développées, et qu’ils ne peuvent donc pas la terraformer, contrairement à sa voisine, une planète de glace qu’ils baptisent « Damas ».


Alors qu’une équipe part explorer Damas, le scientifique Disra Senkovi, un biologiste asocial et curieux qui aime beaucoup les poulpes et en élève dans le vaisseau, poursuit ses recherches. Il se demande même si ses amis les poulpes ne pourraient pas les aider à effectuer une partie du travail de terraformation à leur place si on les rendait un peu plus intelligents… Une drôle d’idée, n’est-ce pas ?

Et que va-t-il faire selon vous ?

Eh oui, il va utiliser le virus de Rus-Califi (le fameux nano-virus d’Avrana Kern), afin que l’intelligence des poulpes puisse se développer. Mais la tâche est difficile et il faut du temps à Senkovi, énormément de temps, même s’il n’est pas homme à se laisser décourager… Et tout ne semble pas si simple, surtout quand le reste de l’équipage se trouve confronté à de grands dangers…

Nouvelles espèces intelligentes

photo personnelle d'un poulpe prise au Festival des Lumières Sauvages du Safari de Peaugres
(photo personnelle d’un poulpe prise au « Festival des Lumières Sauvages » du Safari de Peaugres)

Finalement, le travail de Senkovi porte ses fruits et après avoir résidé longtemps dans le vaisseau, les poulpes finissent par coloniser la planète Damas.

Les octopodes, comme les araignées dans le roman précédent, se distinguent fondamentalement des êtres humains, mais encore bien plus que les Portidés (autre nom des arachnides en l’honneur de Portia et de ses descendantes). 
En effet, les Poulpes en tant que nouvelle espèce intelligente, sont impulsifs, querelleurs, versatiles et leur mode de fonctionnement basé sur les émotions et les couleurs, est bien difficile à appréhender pour un être humain. En même temps qu’ils changent de couleurs, ils peuvent changer d’idée en une minute, devenant des alliés puis des ennemis (ou le contraire), en très peu de temps. Alors, comment leur faire confiance ?…

Étonnamment, vous découvrirez que la véritable menace ne viendra pas des Poulpes mais d’une espèce bien mystérieuse et bien plus dangereuse : une véritable vie extraterrestre prête à tout pour survivre. 

Basée au départ sur Nod, la première planète découverte par les membres de l’Égéen, cette espèce n’a, cette fois, aucun lien avec une quelconque expérience scientifique humaine.

Rencontres inattendues

Bien des années plus tard, « Le Voyageur », un autre vaisseau occupé par des araignées intelligentes et des humains (eh oui, nous retrouvons Portia et Fabian !), s’approche de la planète Damas. 

Quelle n’est pas leur surprise lorsqu’ils découvrent la civilisation « poulpéenne » ! Hélas, aux alentours, le danger est toujours présent et s’approcher trop près pourrait leur coûter cher… 

Un talentueux écrivain fan des animaux et de la communication interespèces

Avec « Dans la toile du temps » qui a reçu en 2016 le prix Arthur C. Clarke, Adrian Tchaikovsky nous fait découvrir l’évolution d’une civilisation extraordinaire et non humaine, fondamentalement différente de notre espèce. La confrontation entre humains et arachnides est passionnante, celle des explorateurs terriens avec les poulpes l’est beaucoup moins, malheureusement. 

« Dans les profondeurs du temps » est néanmoins intéressant (bien que complexe), puisqu’il met en scène la confrontation de quatre espèces intelligentes différentes…

L’écrivain nous suggère qu’il faut apprendre à comprendre l’Autre, à le connaître avant de le combattre (si possible), et essayer de communiquer avec lui, en supprimant de ses pensées des préjugés purement manichéens. 

Souvent, chaque espèce n’a d’autre but que la survivance. Survivre pour que sa civilisation subsiste, pour que sa culture ne disparaisse pas. L’instinct de conservation semble propre à toutes les espèces.

Vraie leçon de tolérance et d’ouverture d’esprit, l’auteur nous susurre à l’oreille que la communication reste la clé pour comprendre l’Autre. Quand on réussit à communiquer, le pire peut parfois être évité. Encore faut-il que la communication soit vraiment possible…


Découvrez un autre roman d’Adrian Tchaikovsky « Chiens de guerre » avec des espèces animales évoluées qui ne sont ni des araignées ni des poulpes cette fois.  😉

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Pinterest
fb-share-icon
Instagram