La fileuse d’argent

« La fileuse d’argent » (Spinning Silver) de l’américaine Naomi Novik est un magnifique roman qui a valu à l’écrivaine le prix Locus 2019 du meilleur roman de fantasy. Il est paru en langue française en juin 2021 aux éditions J’ai Lu (et précédemment en 2020 aux éditions Pygmalion).

La fileuse d_argent - Naomi Novik
La fileuse d’argent de Naomi Novik © J’ai Lu

Royaumes féodaux, magie et pays de glace

Trois personnages féminins à la destinée exceptionnelle

Myriem

Dans son petit village au coeur d’une contrée lointaine, la jeune Myriem se rend compte que son père, « prêteur » de profession, est un homme trop gentil qui n’ose pas réclamer son dû à toutes les personnes auxquelles il a prêté des sommes d’argent parfois très conséquentes.

Hélas sa gentillesse (et peut-être son manque de courage) a des répercussions sur sa famille contrainte de vivre dans une extrême pauvreté alors que le reste de la population s’enrichit à leurs dépens…

Alors que sa mère tombe malade et que personne ne veut lui venir en aide, Myriem, énergique et courageuse, décide alors de prendre les choses en main et de remplacer son père en réclamant l’argent aux villageois récalcitrants.

Mais son audace et son intelligence risquent de la conduire sans le vouloir sur des chemins inattendus et glacés.   😉

Irina

Dans une région plus lointaine, le Duc Erdivilas souhaite que sa fille Irina épouse le meilleur parti possible. Pour cela, il s’évertue à la parer des plus beaux atours et de magnifiques bijoux d’argent pour qu’elle impressionne et épouse le Tsar Mirnatius, un homme étrange et sombre qu’Irina n’apprécie pas vraiment….

Soumise mais inquiète, Irina se trouve confrontée à un homme énigmatique et cruel qu’elle essaye de fuir en utilisant parfois des moyens exceptionnels.  😉

Wanda

De son côté, la pauvre fille de ferme Wanda est réduite à une vie d’esclave et de souffre-douleur à cause d’un père alcoolique qui la bat. Elle essaye de tout encaisser sans se plaindre et de prendre soin de ses deux frères cadets.  Jusqu’au moment où Myriem lui propose un marché qui va changer sa vie et celle de ses frères.

Les vies de ces trois jeunes femmes vont se télescoper alors que leur quotidien misérable sera bientôt confronté à de profonds changements, inattendus et quelquefois inespérés. Leur univers bascule alors qu’autour d’elles, le monde panique face à la menace du grand froid imposé par les êtres du Royaume des Glaces…

La magie du Pays des Glaces

roi des glaces

Nous découvrons avec ébahissement, et un certain ravissement, un monde de glace étincelant et singulier, un univers (qui n’est pas sans nous rappeler celui de « La Reine des Neiges ») que l’écrivaine décrit avec talent :

« Le traîneau s’est engouffré dans la montagne sans ralentir, passant en un clin d’œil d’une lumière à une autre, un étrange scintillement qui semblait provenir des murs eux-mêmes, veinés de sinueuses lignes argentées et ponctués ici et là de cristaux qui étincelaient de couleurs vives. » (Naomi Novik)

Dans ce monde à l’hiver éternel vivent les mystérieux Starik au coeur froid, gouvernés par le glacial roi Staryk qui croise un jour la route de la jeune Myriem.

A partir de cet instant, la vie de la jeune femme changera pour toujours, alors que des épreuves plus ou moins difficiles lui permettront de prendre part au destin de mondes soumis au pouvoir de la magie et à la fascination de l’or et de l’argent.

Réputés dangereux pour les villageois qui les craignent, les créatures de glace que sont les Starik n’apparaissent en effet dans les villages que lorsqu’elles sont à la recherche d’un or très convoité et gare à ceux ou celles qui se trouvent sur leur chemin !

Mais qui sont vraiment ces êtres semblables à des elfes des neiges ? Pourquoi agissent-ils ainsi ? Sont-ils tous réellement machiavéliques et sans coeur ?

 « J’ignorais pourquoi il concevait une telle joie de voir son monde ainsi pétrifié, mais il y avait quelque chose de terrible et de menaçant dans ce blanc étincelant sans visage. Quelque chose qui cherchait délibérément à effacer les couleurs du monde… » (Naomi Novik)

L’écrivaine, à travers le regard de certains de ses personnages, semble nous inciter à une certaine tolérance car la réalité des faits peut être perçue différemment selon l’endroit où l’on vit et parce que la méconnaissance de l’Autre suscite parfois l’intolérance et un rejet pas toujours mérité.   😉

Le feu maléfique d’un sorcier

sorcier

La sorcellerie est également présente dans ce monde de seigneurs et de paysans bien qu’elle reste (au départ) inconnue aux yeux de tous, tapie au cœur de légendes anciennes et d’êtres qui, comme Faust, ont souvent choisi d’acquérir le pouvoir en échange de leur âme.

Vous découvrirez que cette sorcellerie maléfique est liée aux pouvoirs du feu mais je ne vous en dirai pas plus pour vous laisser intact le plaisir de la découverte.   😉

Une reine de la fantasy

Alors qu’elle m’avait déjà impressionnée avec son roman « Déracinée », Naomi Novik réitère l’expérience avec « La fileuse d’argent ».

Il est bien sûr nécessaire de prendre un peu de temps pour faire connaissance avec les nombreux personnages et appréhender toute la complexité de cet univers romanesque.

Mais peu à peu, vous serez conquis par les personnalités des courageuses héroïnes (et celles d’autres personnages secondaires tout aussi intéressants). Vous serez aussi happés par la magie qui s’immisce subrepticement au fil des pages et qui parviendra, sans doute, à vous envoûter.  😉

De plus, Naomi Novik adapte avec intelligence son écriture à chaque personnage du roman qui prend la parole en fonction du chapitre où il intervient.

L’écrivaine a réellement un talent sans pareil pour nous faire passer graduellement d’un univers quasi dramatique à un monde féérique où des femmes à la vie la plus insignifiante et misérable qui soit, héritent d’un destin extraordinaire. 

Grâce à la plume magique de Naomi Novik, nous sommes propulsés dans un univers de contes et de légendes qui nous transporte avec grâce au-delà du réel.

En s’en inspirant, l’auteure de « La fileuse d’argent » rend également un bel hommage aux anciens et extraordinaires conteurs qu’ont été Grimm et Andersen

Découvrez aussi le précédent et beau roman de Naomi Novik : « Déracinée » .

Déracinée Naomi Novik Scifilisons

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Instagram