La guerre des marionnettes – Andrea Cort 3

« La Guerre des Marionnettes » de l’écrivain américain Adam-Troy Castro est le troisième tome des aventures d’Andrea Cort (paru en version française en juin 2022 aux éditions Albin Michel Imaginaire). Il nous permet de retrouver l’énigmatique et flegmatique procureure qui enquête sur des crimes commis sur différentes planètes imaginées par l’auteur.

Poursuite des aventures d’Andrea Cort

La guerre des marionnettes d'A.T.Castro - Andrea Cort 3 - Albin Michel Imaginaire
"La Guerre des Marionnettes" d'Adam-Troy Castro © éditions Albin Michel Imaginaire - Illustration de couverture de Manchu

Préambule

Comme il l’est souligné dans l’avant-propos de l’ouvrage, ce roman peut être lu indépendamment des précédents mais il est conseillé de lire les deux premiers tomes auparavant (« Émissaires des morts » et « La troisième griffe de Dieu »).

A mon avis, il faut VRAIMENT lire les deux premiers volumes avant de s’attaquer à celui-ci parce que :

  • Nous retrouvons l’univers complexe et les protagonistes principaux précédemment évoqués
  • Cet univers est plus compréhensible si on respecte la chronologie des faits
  • La personnalité d’Andrea Cort évolue en même temps que l’avancée de la saga
  • Je ne suis pas certaine que vous vous décidiez à lire les ouvrages précédents après n’avoir lu que ce présent roman…

Sur une planète au rituel annuel vraiment particulier

C’est sur la planète Vlhan que se rendent Andrea Cort et ses inévitables compagnons et gardes du corps, les « inseps » Oscin et Skye Porrinyard (en quelque sorte un couple ayant fait fusionner leurs personnalités tout en possédant des corps distincts).

En effet, le sort de l’humanité pourrait être menacé et l’enquêtrice n’ayant toujours pas trouvé toutes les réponses à ses questions concernant son tragique passé, il serait possible qu’elle puisse résoudre « l’énigme ultime » en ces lieux.

Nous apprenons alors que les autochtones de cette planète, les Vlhanis, aussi appelés « marionnettes » ou « danseurs-fouets » à cause de leur physique insolite (la belle illustration de la couverture du roman réalisée par Manchu en donne une idée assez précise), ont une coutume vraiment étrange et quelque peu barbare pour nous autres humains : danser ensemble lors d’un ballet aérien qui se termine en suicide collectif !

Cette situation malaisante s’aggrave lorsque quelques humains sont « appelés » à participer à ce rite sanglant (comme attirés malgré eux par une étrange force inconsciente qui les pousse à le faire), et lorsqu’un père inquiet demande à Andrea de retrouver sa fille fugueuse qui a décidé d’y assister en tant que danseuse…

Intriguée, Andrea, toujours en contact avec les IA-sources, ces intelligences artificielles toutes-puissantes avec lesquelles elle collabore, subodore l’influence pernicieuse d’un ennemi qu’elle ne connaît que trop bien…

Manipulations

Lorsque nous parlons de « marionnettes » au figuré, nous pensons forcément à des personnes qui sont manipulées et à celles qui sont susceptibles de les manipuler.

Le terme a donc été très bien choisi par l’écrivain puisque vous vous apercevrez qu’il est parfois difficile, même pour Andrea, de savoir « qui tire les ficelles », de comprendre les forces en jeu transformant les êtres en pantins, sur une scène de spectacle à grande échelle conduisant à un drame qui impacte toutes les relations interplanétaires.

Entre deux nouvelles

Vous constaterez qu’une nouvelle (« Les lames qui sculptent les marionnettes ») est insérée avant le roman et qu’elle fait le lien entre le deuxième tome et ce présent roman.  Mais, selon moi, il n’est pas forcément nécessaire de la lire, d’autant plus que notre héroïne favorite n’y figure pas ! (Ce n’est qu’un avis personnel).

Une autre nouvelle (« La cachette »), plus intéressante, est également présente, placée cette fois après « La Guerre des Marionnettes ». Elle est davantage axée sur la notion d’« inseps » et tout ce qu’elle suggère, alors que des inseps (au nombre de trois cette fois !), sont mis en examen dans une nouvelle enquête criminelle.

Mon avis

Il arrive quelquefois que certains romans relèvent de la dark fantasy, mais pour moi, « La Guerre des Marionnettes » appartiendrait à la catégorie « dark science-fiction » (je ne sais pas si ce sous-genre de la SF existe vraiment), tant l’univers représenté par l’auteur est, cette fois-ci, particulièrement sombre et sanglant.

En effet, les scènes cruelles et les massacres successifs présents dans le récit, (même si notre chère enquêtrice nous a habitués à ce genre d’évènements), dépassent en horreur, celles imaginées par l’écrivain dans les deux précédents ouvrages.

Même si j’ai aimé retrouver Andrea et ses comparses, cette noirceur poussée à l’extrême m’a un peu dérangée, moi qui ne suis pas fan des romans avec des scènes horrifiques…

Cela vous paraîtra peut-être un peu curieux, mais ce roman m’a fait penser à « La guerre des mondes » de H.G. Wells (un roman et un film qui m’ont toujours un peu angoissée), du fait de son ambiance tragique, de son scénario mettant en avant une confrontation violente entre humains et une race extraterrestre hostile, mais aussi à cause de l’aspect physique des Vlanis aussi effrayants parfois que les tripodes tentaculaires de Wells… (sans oublier le titre de chacun des romans !)

De plus, vous verrez dans ce troisième tome d’Adam-Troy Castro, qu’une grande partie de l’intrigue est axée sur les mésaventures de Skye et non sur celles d’Andrea, qui, étonnamment, subit plus qu’elle n’agit. Quelle idée ! C’est pourtant bien elle l’héroïne, non ?

Pour toutes ces raisons, j’ai moins apprécié ce roman que les précédents et « Émissaires des morts » reste encore et toujours pour moi, mon tome préféré.

Toutefois, il est clair que l’écrivain nous propose ici une aventure « cortienne » impressionnante avec une intrigue à l’intensité dramatique peu commune, nous sidérant par la puissance de ces enjeux de pouvoir complexes et singuliers qui font basculer un univers entier au bord de la folie.

Il faut aussi ajouter que la fin du roman est quelque peu surprenante et laisse la voie ouverte à une suite qui pourrait elle aussi nous laisser perplexes.

En effet, l’auteur qui avait prévu au départ d’écrire une trilogie, semble tellement aimer Andrea qu’il envisagerait de la mettre à l’honneur dans un nouveau récit…

Laisser un commentaire

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Pinterest
Pinterest
fb-share-icon
Instagram